Ségur pour tous : la mobilisation se poursuit

Communiqué du Président :

“Chers amis,

Mardi 28 juin, nous étions plusieurs centaines de personnes en situation de handicap ou de vulnérabilité, familles et professionnels, à manifester devant la Préfecture de Saint-Etienne. Venus de l’AIMCP, du Rosier Blanc, de l’Adapei de la Loire, des 2 Collines ou encore de l’ANEF, nous nous sommes mobilisés dans la rue pour défendre la juste rémunération des professionnels des établissements du secteur médico-social. L’association s’est également associée à la mobilisation du 28 septembre 2022, à Lyon pour défendre les emplois en danger dans le secteur de la santé, du social et du médico-social.

Nos revendications :

  • Que l’Etat intègre le Ségur de la Santé pour l’ensemble des professionnels ;
  • Que le Conseil départemental de la Loire finance les dotations aux associations pour qu’elles puissent rémunérer les professionnels à la hauteur de leur engagement.

En effet, de nombreux professionnels, parmi lesquels se trouvent les métiers avec une rémunération dans la fourchette basse (agents de service, maîtres/maîtresses de maison, agents d’entretien, surveillants de nuit, agents de restauration ou personnels administratifs…) ne sont pas rémunérés à la hauteur de leur engagement.

Nos associations sont tout particulièrement inquiètes d’ assister au départ de nombreux professionnels vers des secteurs plus attractifs et de ne plus trouver de nouveaux personnels pour garantir au quotidien la sécurité des usagers.

Au niveau national, près d’un million de professionnels accompagnent au quotidien, jour et nuit, les personnes en situation de vulnérabilité, à domicile ou en établissement : personnes en situation de handicap, majeurs protégés, enfants placés, femmes victimes de violences, personnes âgées… Notre pays compte environ dix millions de personnes en situation de vulnérabilité, soit 15 % de nos concitoyens.

Le 6 janvier dernier, le Président de la République posait un constat clair sur les métiers du travail social et de l’accompagnement, les reconnaissant « au cœur de notre pacte social » et « insuffisamment reconnus ». En forme de réponse à ce qu’il posait comme défi de société, la Conférence des métiers de l’accompagnement social et médico-social du 18 février a permis une première avancée importante avec, notamment, une enveloppe de 720 millions d’€ dédiée à la revalorisation des salaires des professionnels de la filière socio-éducative. Depuis le décret du 24 avril 2022 a été publié et le président du Conseil départemental de la Loire a été interpellé par les employeurs, qui n’ont toujours pas reçu les dotations permettant de financer ces revalorisations.

Nous, employeurs, faisons face à la grogne montante des salariés. Cette situation met en danger les personnes les plus vulnérables de notre société. C’est pourquoi, aujourd’hui, nous, employeurs, familles, personnes accompagnées et salariés, sommes ensemble dans la rue pour obtenir des réponses indispensables à la poursuite de l’accompagnement des usagers. Nous savons votre engagement professionnel afin de garantir un accueil, un accompagnement et des soins de qualité au profit des personnes en situation de handicap ou de vulnérabilité. Cette mobilisation a porté de premiers fruits, puisque Monsieur le Président du Conseil départemental a reçu les présidents des quatre associations mobilisées pour étudier les solutions ensemble. Nous lui avons fait part de la nécessaire et indispensable revalorisation salariale et du besoin de reconnaissance des professionnels. Il s’est engagé à financer, dès la parution du décret en juillet, les revalorisations salariales pour les professionnels concernés par les mesures Laforcade et de la Conférence des métiers, c’est-à-dire, les professionnels du soin et certains professionnels sociaux-éducatifs. L’Adapei de la Loire a pris la décision d’appliquer ces mesures, ainsi que leur effet rétroactif, au plus tard au mois d’août. Et donc d’avancer l’argent dans l’attente du versement par le département d’ici la fin de l’année.

Concernant les oubliés du Ségur et des mesures citées plus haut, notamment les personnels des services administratifs et des services généraux, nous avons rencontré Madame Ruby, directrice de cabinet de Madame la Préfète de la Loire, afin de lui faire part de la nécessaire et indispensable revalorisation salariale de tous les professionnels du secteur. Elle s’est engagée à faire remonter nos demandes au ministère. Elle nous a confirmé, par courrier, que cela avait bien été fait. Nous vous garantissons notre engagement à poursuivre les démarches pour que personne ne soit oublié. Car c’est avec et grâce à l’ensemble des professionnels, tous métiers confondus, que les personnes en situation de handicap ou de vulnérabilité sont accueillies et accompagnées dans un vrai souci de bientraitance.”

Le Président de l’Adapei de la Loire – Marc Bonnevialle