Histoire et valeurs

Histoire et valeurs

Histoire

Si dès 1952 une poignée de parents éprouvés par le handicap de leurs enfants se regroupent et adhèrent à l’Association Lyonnaises des Amis et Parents d’Enfants Inadaptés, c’est en 1957 qu’est créée l’ASAPEI (Association Stéphanoise des Amis et Parents d’Enfants Inadaptés) par M. Charles DECHENAUD, Président Fondateur.

  • 1960 : l’ASAPEI prend un caractère départemental et devient Adapei. Elle est affiliée à l’UNAPEI (Union Nationale des Amis et Parents d’Enfants Inadaptés). Des sections se mettent en place avec pour mission principale de représenter l’association dans leur bassin de population : Vallée du Gier / Vallée de l’Ondaine / Roanne / Charlieu / Montbrison / Plaine du Forez / Saint Étienne.
  • 1964 : L’Adapei de la Loire est reconnue d’utilité publique. La reconnaissance d’utilité publique permet, à l’époque, à l’association de percevoir des dons et legs. En contrepartie, l’Adapei doit se soumettre au contrôle des pouvoirs publics. Au fil des années, l’Adapei de la Loire a élargi ses activités pour permettre à la personne handicapée de s’épanouir.
  • 2007 : Réorganisation importante de ses établissements en territoires, complexes et pôles.
  • 2008 : Réécriture du projet associatif
  • 2010 : Refonte des statuts (Journal Officiel du 22 janvier 2010)
  • 2016 : Nouveau projet associatif « Écouter et Agir » Adapei Loire.

Valeurs

Le projet associatif est sous-tendu par des valeurs essentielles :

  • La primauté de la personne : c’est-à-dire une personne à part entière non réductible à ses déficiences ou à ses difficultés.
  • Son inscription dans une citoyenneté effective, et dans un réel exercice de ses droits entre expressions et besoins, autonomie et sécurité, libertés individuelles et respect du cadre collectif.
  • L’ association incontournable de la famille, du représentant légal et de l’aidant au projet de la personne.
  • Le professionnalisme, c’est-à-dire la capacité à offrir un travail de qualité grâce à l’acquisition de compétences actualisées et à l’enrichissement des savoir-faire.
  • et la bientraitance, c’est-à-dire le respect de la personne dans sa dignité et surtout de sa singularité par la valorisation de l’expression et surtout par la création d’un environnement favorisant son bien-être, sa qualité de vie et la satisfaction de ses désirs.